Évaluation de l'impact territorial de La Fourmi

Thématiques : 
241 lectures
Le mercredi 27 juin 2018, à 18h,
dans le parc de la Maison des Associations et de l’ESS à Pont-de-Claix,
La Fourmi présente la restitution de l’évaluation de son utilité sociale territoriale.
Une démarche originale et unique en Isère en ce qui concerne une structure d’insertion par l’activité économique.
 
La Fourmi a pour objectif de poursuivre son développement avec deux enjeux majeurs :
- Renforcer la cohérence du projet, continuer à améliorer le pilotage, renforcer sa capacité d'innovation et permettre un changement d'échelle.
- Valoriser sa plus-value, mieux communiquer et construire de nouvelles relations avec ses partenaires : une diversité d'apports qui s'étendent bien au-delà des taux de retour à l'emploi
 
Pour atteindre cette nouvelle certification « CEDRE-ISO 9001-26000 », plusieurs étapes doivent être franchies, dont l’évaluation de son utilité sociale territoriale.
 
Cette manifestation permettra à toutes les parties-prenantes de La Fourmi de se retrouver pour découvrir et échanger sur les résultats et surtout envisager l’avenir.
 
C’est l’occasion pour les médias locaux de couvrir l’événement, faire la promotion de cette démarche et de recueillir la parole des parties-prenantes. Le Conseil d’Administration et l’équipe de La Fourmi attendent entre 80 et 150 personnes : salarié-e-s en parcours, clients (particuliers, associations, collectivités, entreprises), partenaires, financeurs, élus, la METRO, le Conseil Départemental et la DIRECCTE notamment.
 
ELEMENTS DE CONTEXTE ET DE COMPREHENSION                                                                                                      
 
Crée en 1994, La Fourmi a en charge l’accompagnement et l’insertion de demandeurs d’emploi (parfois éloignés du milieu professionnel), sur le sud de l’Agglomération Grenobloise, l’Oisans, le Trièves et la Matheysine. Pour cela, elle s’appuie sur 4 agences de proximité à Vif, Pont de Claix, Vizille et La Mure et embauche des demandeurs d’emploi, qu’elle met ensuite à disposition de clients particuliers, associations, collectivités et entreprises du secteur marchand, selon leurs besoins. Elle s’appuie sur des partenaires institutionnels et de terrain pour être au plus près des réalités des territoires.
 
La Fourmi est également adhérente de la Fédération COORACE, qui représente les structures d’insertion (associations et entreprises, environs 500 adhérents). Cette dernière a, depuis sa création en 1985, œuvré pour l’institutionnalisation de l’insertion et contribué, auprès de l’Etat, à créer un cadre légal pour l’action des structures de terrain. Elle a notamment participé à la loi sur la création des Associations Intermédiaires en 1988, la Loi sur le RMI en 1991, … la Loi RSA et politiques d’insertion de 2008 (entre autres). Au-delà de sa détermination à faire reconnaitre l’insertion comme véritable outil des politiques publiques, COORACE porte le projet de permettre aux Structures d’Insertion françaises de mutualiser les bonnes pratiques et de développer des formations tant pour les salarié-e-s en parcours que pour les salarié-e-s permanent-e-s.
 
A la fin des années 90, COORACE fait la promotion d’une démarche Qualité propre au secteur de l’Insertion par l’Activité Economique et a créé la certification Qualité CEDRE, dont l’objectif est de proposer aux entreprises un cadre de référence commun centré sur les modalités d’accueil et d’accompagnement des salarié-e-s en parcours. Sous la pression de la hausse du chômage et des exclusions, COORACE a toujours été pro active pour faire émerger de nouveaux modèles économiques, favoriser les innovations et développer une politique d’inclusion des publics au regard des réalités des territoires et de leurs potentiels. A ce jour, la fédération a fait évoluer son cadre de référence CEDRE pour l’associer à la Norme ISO 9001 (Management de la qualité), puis à venir la Norme ISO 26000 (Responsabilité sociétale des entreprises).
 
L’Association Intermédiaire La Fourmi participe activement à cette démarche qualité et est certifiée CEDRE depuis 2011, puis CEDRE-ISO 9001 en 2016. A ce jour, elle est la seule structure d’insertion certifiée CEDRE-ISO en Isère.
 
Aujourd’hui, elle a pour objectif de poursuivre son développement avec deux enjeux majeurs :
- Renforcer la cohérence du projet, continuer à améliorer le pilotage, renforcer sa capacité d'innovation et permettre un changement d'échelle.
- Valoriser sa plus-value, mieux communiquer et construire de nouvelles relations avec ses partenaires : une diversité d'apports qui s'étendent bien au-delà des taux de retour à l'emploi
Pour atteindre cette nouvelle certification « CEDRE-ISO 9001-26000 », plusieurs étapes doivent être franchies, dont l’évaluation de son utilité sociale territoriale.
Celle-ci ne pouvait être portée en interne par l’équipe pour des raisons de temps et d’objectivité. C’est pourquoi, elle a fait appel à une étudiante Master 2 « Développement et Expertise de l’Economie Sociale » de Sciences Po Grenoble pour réaliser cette action.
Depuis janvier 2018, La Fourmi est donc lancée dans le processus d’évaluation de son utilité sociale territoriale, qui a la particularité d’aller au-delà des bilans habituels. Il s’agit de mesurer l’impact de La Fourmi dans la vie des salariée-s en parcours et des clients ainsi que son impact sur le territoire qu’elle couvre.
 

La première étape visait à décliner tout cela en indicateurs de mesure (réalisation, résultat et impact) afin de réaliser une évaluation la plus scientifique possible.

 
Afin d’imaginer la liste la plus exhaustive possible des instruments de mesure pour évaluer ses ressources, le Conseil d’administration a souhaité intégrer toutes ses parties prenantes : salariés, équipe permanente, clients et tous ses partenaires.
 
Courant mars et avril, La Fourmi a donc mis en œuvre une phase de lancement de sa démarche avec des rencontres avec toutes ses parties-prenantes sur les 4 territoires couverts par l’association (sud de l’Agglomération Grenobloise, l’Oisans, le Trièves et la Matheysine).
 
4 rencontres riches en échanges rassemblant plus de 80 personnes avec une représentativité de presque toutes les parties intéressées par La Fourmi : salariés en parcours, clients particuliers / collectivités / associations / entreprises, les partenaires techniques et financiers, les élus, les services municipaux, administrateurs de l’association, …
 
Chaque rencontre a permis à toutes et tous de mener une réflexion collective autour de 2 questions :
- En dehors de procurer un emploi/un salaire, à quoi sert La Fourmi ?
- A quoi pourrait-elle servir d’autre ?
 
Chacun a pu inscrire ses réflexions sur des post-it qui ont ensuite été collés sur les registres auxquels ils s’apparentaient.
 
L’outil d’évaluation (ou référentiel) s’est donc vu enrichi par des indicateurs comme :
De la part de salarié-e-s en parcours :
« Remettre le pied à l’étrier »
« Retrouver le moral »
« Aide administrative »
« Retrouver une hygiène de vie »
« Retrouver confiance en moi »
« Me sentir utile »
« Travailler sur l’écologie »
« Grâce à La Fourmi j’ai fait connaissance de nombreuses personnes âgées formidables avec qui je suis ravie de travailler »
 
 
De la part de maires :
« Faire connaitre la personne en tant qu’individu avec ses compétences »
« Permet la continuité du service public et la qualité pour une petite commune »
« Partage des savoirs »
 
De la part des partenaires :
« Valorisation de la personne »
« Ecoute, accompagnement »
« Participe à l’épanouissement personnel (pour le salarié) »
« Apporter une réponse à des problèmes autres que l’emploi »
« Avec sa spécificité, celle de son territoire, La Fourmi nous questionne aussi sur nos pratiques »
« Contribue à la réflexion sur ce qu’est l’accompagnement par l’emploi »
 
De la part des clients :
« Une réponse à des besoins »
« Lien social »
« On arrive à avoir confiance dans la salariée au point de laisser la maison et les clefs, on s’en fait une amie »
 
 
Ce ne sont que d’infimes exemples de la grande richesse des points de vue partagés lors de ces réunions.
 
Toutes ces données permettent aujourd’hui de compléter l’outil d’évaluation et de déterminer quels indicateurs mesurer. Tout cela est retraduit sur des enquêtes que chacune des parties-prenantes va renseigner durant tout le mois de mai. A chaque partie-prenante, une enquête spécifique.
 
 
La restitution de cette démarche d’évaluation sera donc faite le mercredi 27 juin 2018, à 18h, dans la parc de la Maison des Associations et de l’ESS de Pont de Claix, en présence de toutes ses parties-prenantes.
Fichier attachéTaille
PDF icon communique_de_presse_association_la_fourmi.pdf761.6 Ko

Portfolio

A propos de l'auteur

La Fourmi

Depuis 1994, La Fourmi met à disposition du personnel à titre onéreux mais à but non lucratif sur tout le territoire Sud-agglomération de Grenoble et Alpes Sud Isère.
Son objectif est de développer l’emploi de proximité pour toutes les personnes
...

Coordonnées

SIAE La Fourmi
24A, avenue de Rivalta (+Pont de Claix, Vizille et La Mure)
38450 Vif
Tél : 
04 76 72 75 99
Email